Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Chimio #4

Routine?

Démarrage de la journée un peu difficile, la fatigue s’accumule mais tout baigne il fait beau, le printemps arrive enfin, tout semble plus facile, le gens sont plus insouciants, A priori c’est ma 4e et dernière chimio si tout continue d’aller pour le mieux. On verra bien. Je vois assez peu de monde dans l’après-midi mais j’ai le plaisir de voir le Dr To pour la dernière fois puisqu’elle s’en va. Sinon, ben ça change pas beaucoup, poches de produits, guirlandes de tuyaux, machine de contrôle… ça se passe plutôt bien, excepté la fatigue, je somnole plus ou moins devant la téloche qu’un malade précédent a payé pour plusieurs jours. La bouffe, elle aussi, ne change pas, “couscous” à midi, et œufs durs épinards le soir. Là j’ai pas pu, rien que l’odeur des œufs durs m’a amené au bord de la gerbe. J’ai eu droit à un yaourt du coup ;-).

Routine…

Ceux qui me suivent sur FB savent que je me suis fait un trip IA et retour vers Linux depuis que je suis arrêté. J’ai acheté un premier laptop pour 180e, installé Linux Mint dessus et je suis entrain d’écrire ce texte avec lui. Le gars qui me l’a vendu m’en propose un autre à… je vous dis même pas combien parce que c’est l’anniversaire de Marie, ça tombe bien. Je préviens le gars qu’il faudra qu’il vienne à Cochin. Il passe le vendredi matin, j’ai une clef avec Mint dessus et j’installe ça vite fait, mise à jour et personnalisation comprises, pour que ça ressemble un peu plus à son Mac et qu’elle se sente chez elle. A part ça, retirage de la seringue coudée, douche, discussion avec une autre pneumologue sur mon dossier de sortie.

Vie de château

Je me sens quand même plus fatigué après celle-ci que suite aux trois premières. C’est normal: le produit “s’accumoncelle” à force. Je me suis réveillé plusieurs fois dans la nuit, assez vaseux, pas vraiment de nausées mais pas vraiment bien non plus. Je passe donc la journée un peu assis à l’arrière de moi-même avec un hoquet qui revient plusieurs fois malgré la prise de Primpéran.

Meung sur Loire

Le soir, on part à Meung sur Loire pour l’anniversaire de Marie. Anna et JF nous prennent en charge, je serais de toute façon bien incapable de conduire même si notre voiture filait droit. Les deux jours suivants sont très agréables mais là encore je dois me reposer énormément, la #4 c’est décidément la plus crevante.

Le samedi, j’arrive à être un peu présent la moitié du temps. L’autre moitié, je la passe allongé sur le lit à ne rien faire. Quand je dis rien, c’est rien! Je pourrais regarder la télé, me servir de mon ordi ou de mon smartphone, regarder la Loire par la fenêtre, mais je suis trop crevé, mes déplacements se limitent à lit → salle de bain et inversement. Le dimanche, c’est encore pire ! Je me lève, descend prendre le petit déjeuner, je mange et, vers la fin, une odeur, je ne saurais dire laquelle (Oeuf dur? Beurre? Chien?) me coupe l’appétit et je sens qu’il faut que je remonte dans la chambre au cas où.

Arrivé en haut, ça se calme mais, curieusement, l’épisode m’a mis à plat, et, cette fois, c’est la journée entière que je vais passer allongé dans un état de fatigue profond où tu n’as même pas besoin de laisser les pensées dériver car t’es tellement à la ramasse qu’elles brillent par leur absence. Un état assez curieux, dans lequel tu vois ce qui t’entoure avec une superposition aléatoire de blocs de couleurs variables qui passent. Les idées étaient peut-être encapsulées dans ces blocs par mon cerveau, trop fatigué pour s’intéresser à leur contenu.

En tout cas j’ai appris un truc: la fatigue est un trou sans fond.

Un bout de Loire à Meung

 

Propositions décentes

Traitement & co

Un p’tit plaisir de la vie

Pourquoi s’en priver? Aujourd’hui Marie a décidé de fêter son anniversaire avec nos amis d’Etampes

Traitement & co

Charlie’s Angels

“Three shall be the number thou shall count…” Ayant besoin d’une piqûre quotidienne et de

Après

Les sœurs Kafka

Test au Synacthène S01 Ep01 Note: certains passages sont susceptibles de heurter le sens de