Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Parce que ça claque nettement plus qu’introduction quand même non?

Dans les 10 derniers jours de janvier 2023, on m’a diagnostiqué un cancer du poumon avec métastases dans le cerveau, le foie, sur une vertèbre et sur l’os iliaque. Les deux premières semaines de chamboule tout passées, j’ai commencé à écrire, sans but précis mais avec un besoin réel de poser tout cela devant mes yeux, ne serait-ce que pour ordonner un peu ce fatras.

Au fil du temps et des lignes d’écriture, j’ai réalisé l’importance qu’avaient eu pour moi les quelques conseils et recommandations distillés çà et là, par un autre patient, une infirmière, une secrétaire médicale, à propos des traitements, de la manière de s’organiser et d’anticiper. J’ai aussi réalisé que « LE CANCER » souvent présenté comme une entité monolithique et uniforme (Lutte contre « LE CANCER », plan « CANCER ») recouvrait une infinité de réalités quotidiennes disparates, suivant votre âge, votre sexe, votre personnalité, le type de cancer, le stade où il en est, sa vulnérabilité, le type de traitement proposé etc.

Le mien a été assez gentleman pour être connu des services de la police pneumologique, ne pas entraîner d’incapacité, ni me faire trop souffrir physiquement et présenter des récepteurs ALK, perméables aux traitements. Ce qui suit n’est donc en aucun cas le « Journal d’un survivant revenu de l’ENFER DU CANCER » ni un « Manuel du parfait malade » ou encore une «Encyclopédie du cancer : d’où vient-il, où va-t-il et jusqu’où s’arrêtera-t-il ? ». Non, je me contente de relater le plus honnêtement possible ce qui s’est passé, ce que j’ai pensé, ressenti, et d’évoquer ceux que j’ai croisés, rencontrés ou redécouverts au long de ce parcours parfois difficile, souvent harassant mais aussi étonnant et enrichissant.

Je précise encore que ces textes n’ont aucune ambition littéraire, mais alors vraiment aucune. Mais si vous trouvez ici ou là un mot, une phrase, une pensée utile pour vous, tant mieux… ça me suffira.