Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Etampes

La fureur de vivre 😉

On a déménagé à Étampes fin 2019, juste avant le confinement. Ça n’était pas du tout lié, les raisons étant essentiellement financières. Plus moyen de tenir à Paris intra-muros, beaucoup d’argent partant pour le loyer et les nombreux frais collatéraux qui accompagnent la vie du parisien moyen. J’ai donc trouvé un appart une fois et demie plus spacieux pour un tiers de loyer en moins. De quoi respirer, à l’époque tout au moins parce que, depuis, la vie a bien augmenté de partout.

On a fini de s’installer fin 2019 et début 2020. Fin février, je suis parti jouer sur la croisière Rock Legends Cruise VIII avec Cour Supreme et, au retour, très rapidement, on s’est retrouvés confinés. Le confinement à Étampes n’était pas trop méchant: on avait la paix, pas de contrôles systématiques, aucune pénurie et un Franprix en bas de la maison, plus le marché qui se tenait irrégulièrement mais se tenait quand même. Le chien nous a bien servi aussi et s’est beaucoup promené. Pour lui, confinement doit vouloir dire: être dehors plus souvent et pas tout le temps avec les mêmes personnes.

Etampes, but why?

Pourquoi avoir choisi cette ville à 50 km de Paris? D’abord, à cause de nos critères de recherche: on voulait plus grand, moins cher, avec possibilité d’aller à Paris sans voiture puisqu’en plus d’être chassés par l’argent on l’était aussi par l’interdiction de circuler avec une voiture qui marche pourtant et que tu n’as ni l’envie, ni les moyens de remplacer de toute façon.

La première fois que j’y ai mis les pieds, c’était en Août 2019, il faisait beau et les parcmètres étaient gratuits. J’ai visité trois apparts entre 120 et 150m2. J’ai mangé chinois à volonté pour 10 euros, le centre-ville était joli, j’ai été séduit par le côté un poil moyen-âgeux, le statut de ville-étape sur la route de Compostelle (même si je me fous complètement de tout ce qui est religieux, j’aime bien les clous dorés au milieu des pavés). Tout ça, plus l’accès direct aux 5e et 13e arrdt par le RER C, a fini par emporter la décision, sans compter le fait de se sentir plus “à la campagne” que dans une ville de banlieue plus proche de Paris.

Pendant nos deux premières années, le Covid régnant, nous n’avons pas eu trop l’occasion d’approfondir notre connaissance de la ville et de ses habitants, mais on sentait déjà un bourg un peu endormi. En partie à cause de gens comme nous, qui sont venus y vivre tout en continuant à bosser sur Paris, en partie parce que l’action culturelle et la mise en valeur du centre-ville ne semblent pas une priorité, contrairement à l’implantation de zones commerciales en périphérie. Depuis, on s’est rendu compte que beaucoup de gens très différents ont envie de faire vivre un peu plus la ville, et essaient d’organiser des événements, mais ce n’est pas gagné. Dommage car Étampes pourrait vraiment être plus fun…

Cela étant, je profite chaque jour d’un cadre de vie beaucoup plus calme, beaucoup moins stressant, plus fluide au quotidien, moins corseté et, franchement, quand je vois l’évolution de Paris, de sa population et de la vie qu’on lui fait, je préfère mille fois vivre à Étampes. Je n’aurais jamais cru dire ça un jour. A quoi bon avoir des centaines d’options de sorties si tu ne peux en profiter parce que la vie quotidienne (stationnement, contredanses, rues bouchées, taxe d’habitation, prix de la bouffe etc.) érodent le peu de fric qu’il te reste une fois tous tes frais obligatoires assurés?

Bref, Étampes c’est pas la fête du slip, mais c’est tranquille, c’est pas loin de Paris mais ça prend quand même une heure dans un sens ou dans l’autre, ce qui décourage beaucoup de gens de passer te voir, c’est pas la campagne, mais pas la banlieue non plus et, au quotidien, c’est quand même plus simple à vivre que Paris. La ville du “en même temps” quoi.

 

Propositions décentes

Examens & divers

Les dermatos

Les plans à trois, c’est très surfait finalement… Quand tu as des métastases dans le

Avant

Béphlite?

Du fait qu’un cancer peut faire bien marrer. A la maison, on a un bar

Avant

Noyeux Joël et Banané

J’aime pas les fêtes de fin d’année Suite à cette mésaventure, les choses allèrent mieux,