Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Guitare

Sans cesse sur le métier…

Pendant trois gros mois, de fin janvier à début mai, je n’ai eu ni l’énergie ni l’envie de jouer. Chaque fois que je prenais une gratte, les deux coins de chaque ongle devenaient très sensibles et au moindre tiré c’était douloureux. Bonus: rien que le poids de la guitare me paraissait difficile à supporter, même assis.

Quand j’ai repris, ce manque de pêche m’empêchait de jouer des tempi (un tempo, des tempi, un spaghetto, des spaghetti, un pipeau, des… etc.), supérieurs 120 bpm. Ma main droite se trompait facilement de corde et j’avais perdu en coordination main droite/main gauche. Bref, j’ai mis un moment avant d’être capable de rejouer à peu près correctement, surtout en solo. Je remercie au passage Loïc et Niko qui m’ont invité sur un concert de Fingle, fin juillet et m’ont permis de remettre un pied sur une scène sans prise de tête.

On est le 1er août et j’ai pas mal de boulot devant moi pour assurer avec Cour Supreme en septembre, ça va le faire avec quelques efforts et pas mal de discipline.

Dans ce domaine aussi ces quelques mois de prise de recul ont dégagé de manière encore plus claire plusieurs tendances:

Le monde de la célébration de “l’American Way Of Life” passe progressivement de mode, entraînant avec lui le tout bagnole, le mythe de la croissance toute-puissante et d’autres illusions. Au milieu de ce lent déclin, on trouve l’univers de la guitare Blues, Rock, Hard-Rock qui vieillit, se recroqueville sur lui-même et se retrouve peu ou prou dans la situation où se trouvait le jazz quand j’étais môme: une musique de vieux, écoutée par des vieux, avec des chapelles plus ou moins radicales, des a priori, mêmes très cons, assénés avec assurance par des gens qui n’ont jamais joué ailleurs que dans leur chambre à coucher.

Là-dessus s’agrègent les opportunistes: vendeurs de matos “vintage” frelaté, youtubeurs à la p’tite semaine qui deviennent redondants à force de poster sur la pentatonique et donnent parfois de fort mauvais conseils, influenceurs dont le nombre d’abonnés est inversement proportionnel à leur réelle connaissance de la guitare… Ce n’est plus un paysage, c’est une jungle.

Le pire c’est qu’on ne peut leur donner complètement tort: si les gens sont bornés au point de payer une guitare des années 50/60/70 cinq, dix ou vingt fois ce que leur coûterait une guitare haut de gamme contemporaine du même modèle, s’ils se décident juste sur un nom de marque ou de série. S’ils sont persuadés qu’avoir remplacé un pickguard ou des mécaniques dévalue la guitare, voire la rend “moins bonne”, et si, dans le même temps, ils sont incapables de se rendre compte qu’ils ont été changés sur la guitare qu’on leur présente et finissent en selfie sur FB, souriant à pleines dents aux côtés de leur entubeur, à qui la faute? Si en plus de cela, ces “entubepreneurs” ont autant, sinon plus, de succès (likes, following, retweets etc.) que les gens plus pointus, plus honnêtes et commercialement moins agressifs, qui blâmer?

Mais la logique reste implacable: à force de jouer dans sa chambre on finit pas acheter des guitares pour décorer son salon.

P.S. Il y aurait encore beaucoup à dire sur tout ça et je le ferai peut-être un jour, mais c’est hors sujet pour aujourd’hui. Je précise que ce qui précède n’est en aucun cas un plaidoyer pour mon propre travail, et qu’il y a pas mal d’intervenants de très bonne tenue sur les réseaux sociaux, français comme internationaux. Je ne me sens pas non plus menacé par tout cela. Je peux toujours, si j’en ai l’envie, écrire dans Guitare Xtreme, je ne le fais pas parce que je suis maintenant lié à Vola Guitars, et je ne veux pas de malentendu en cas de critique négative sur un autre instrument de type semblable. Je peux écrire ou publier des vidéos sur mon site, page FB, Insta et chaîne YT, je le fais rarement parce qu’une grosse partie du matériel (immatériel?) qui intéresse les plus les gens de nos jours ne m’est pas familière: softs, plugins, MIDI, MAO. Je m’en sers, mais je n’y suis pas rompu, donc plutôt que dire des conneries… je préfère m’abstenir.

 

Propositions décentes

Grosse fatigue
Traitement & co

Vendredi 17 mars 2023

Décidément les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Samedi matin, je me réveille

En vrac

C’est quoi ce nom ?

A l’origine ça vient d’Arizona Junior. Au début et pendant toute la première moitié du

Traitement & co

Charlie’s Angels

“Three shall be the number thou shall count…” Ayant besoin d’une piqûre quotidienne et de